La slow life ou l’art de réinventer nos quotidiens

La slow life ou l’art de réinventer nos quotidiens

D’où vient le mouvement slow life?

Le slow living fait partie du mouvement ‘’slow’’plus large qui a commencé dans les années 1980 en Italie. Face à l’ouverture d’un McDonald’s en plein cœur de Rome, Carlo Petrini et un groupe de militants ont formé ‘’Slow Food’’, un mouvement qui défend les traditions alimentaires régionales. Le mouvement slow food compte désormais des partisans dans plus de 150 pays et continue de protéger les traditions gastronomiques locales, de promouvoir une rémunération équitable pour les producteurs, d’encourager le plaisir et la sensorialité des aliments et de s’engager vers davantage de durabilité.

Carl Honoré, l’un des auteurs et conférenciers les plus connus sur le mouvement ‘’slow’’ a ensuite contribué à faire découvrir le concept de slow living au plus grand nombre avec la publication en 2004 de son livre ‘’In Praise of Slowness’’. Il y explique notamment comment le concept de la ‘’Slow Food ‘ s’est démocratisé et propagé à d’autres domaines de vie comme le travail, la parentalité et les loisirs.

Comment passer concrètement à la slow life?

Dans nos vies quelques fois trépidantes, il est parfois difficile de prendre du recul, de se couper des bruits du monde pour faire le vide et se ressourcer. La charge mentale qui nous incombe peut-être lourde et délicate à gérer au quotidien. Mais alors comment faire pour mieux appréhender ce qui vient à nous ? Et si nous accordions plus de place au bien-être et au lâcher prise ? Et si on apprenait à mieux gérer notre temps et nos priorités ? Et si on essayait la slow life ?

Adopter un mode de vie ‘’slow life’’ ne signifie pas pour autant ralentir au sens strict du terme, mais plutôt apprendre à se libérer du temps pour se concentrer sur l’essentiel. C’est un rythme, une symphonie à trouver dans laquelle les notes s’enchaineraient de manière harmonieuse. En redéfinissant nos priorités et s’accordant des temps pour soi, nous créons un terreau propice aux énergies et vibrations positives, qui vont venir impacter positivement votre entourage.

 

 

1/ Faire de votre bien-être une priorité

Nous définissons la slow life comme un art de vivre dans lequel on redonne toute sa place au bien-être et au lâcher-prise. Il s’agit de savoir s’octroyer un temps pour soi, un temps d’écoute de ses émotions et ses ressentis, pour mieux les percevoir et les apprécier. Il s’agit aussi de se reconnecter à son soi intérieur lorsque le besoin s’en fait ressentir, afin d’opérer un lâcher prise libérateur. Faire de son bien-être émotionnel une priorité revient à considérer son épanouissement personnel comme une priorité. C’est tout simplement agir en conscience et valoriser ce qui est bon pour nous. C’est prendre soin de soi au quotidien à travers des rituels simples, bienveillants et réconfortants. C’est mettre ses attentes en haut de ses priorités et se concentrer sur son bien-être.

 

2/ Respecter votre propre rythme

Vivre la ‘’slow life’’ ne signifie pas nécessairement ralentir au sens strict du terme. Il s’agit plutôt de respecter son propre rythme, de redéfinir ses priorités de la semaine, de s’octroyer des plages de son agenda rien que pour soi, de faire de la place pour l’imprévu. C’est aussi savoir dire non aux sollicitations qui ne répondent pas à l’objectif fixé, c’est être capable de faire des choix et donc savoir renoncer, pour mieux vous réapproprier certains moments de vie, si importants et si précieux. C’est enfin redonner de la valeur à son temps et l’utiliser à bon escient.

 

3/ Renouer avec la simplicité et la sobriété

S’engager sur les chemins de la slow life, c’est savoir se séparer du superflu afin de se concentrer sur les choses essentielles de la vie et se libérer du stress que certaines de nos possessions peuvent engendrer. Il s’agit de renouer avec davantage de simplicité et tendre vers une plus grande sobriété matérielle au quotidien. Et si on s’autorisait à désencombrer nos lieux de vie pour faire de la place dans nos intérieurs mais aussi dans notre esprit ? Et si nous appliquions la théorie du ”less is more” dans nos quotidiens ? Un travail sur soi est forcément nécessaire afin d’identifier ce qui compte vraiment pour nous et d’accepter de se libérer du reste sur une base volontariste et non contrainte. C’est un exercice libérateur visant une plus grande légèreté d’esprit et un plus grand bonheur au quotidien.

 

4/ Savoir se questionner pour mieux se réinventer

 Avez-vous remarqué que parfois nous agissons sans réellement se questionner, par simple habitude ou réflex. Et si nous reprenions le contrôle sur certaines de nos décisions du quotidien en remettant la réflexion au cœur du processus ? Est-ce que cet achat ou cette nouvelle possession va me procurer de la joie ? En ai-je vraiment besoin la tout de suite maintenant ? Il ne s’agit pas ici de prôner un mode vie décroissant, mais plutôt d’opter pour une consommation plus raisonnée et plus en accord avec ses valeurs. Il s’agit de privilégier la qualité à la quantité et repenser plus globalement notre manière de consommer, en s’imposant un temps de réflexion et une certaine prise de recul avant de succomber à un achat, même des plus insignifiants. Parfois une simple prise de conscience nous permet de mieux orienter nos choix et s’inventer un nouveau quotidien plus en phase avec notre vision de la vie

 

Related Posts
Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *